La pratique du yoga peut-elle venir en aide aux patients souffrant de douleurs chroniques ?

D’après une récente étude scientifique c’est effectivement le cas et cela constitue une excellente nouvelle pour les personnes dans la souffrance.


Cette étude, conduite par Stefanie Smith du département psychiatrique du John Peter Smith Hospital (Fort Worth, Texas, USA) et Wendy Hoon de la Barry University (Miami Shores, Florida, USA)1, avait comme objectif de faire le point sur les liens possibles entre les douleurs chroniques au niveau lombaire et la pratique du yoga et de la méditation pleine conscience.


On entend par douleurs chroniques des douleurs durent au moins 6 mois et se poursuivent au-delà de la durée normale d’une guérison liée à une blessure particulière2. Aux Etats-Unis, les douleurs chroniques au niveau lombaire constituent les douleurs chroniques les plus communes3. Au vu des difficultés rencontrées pour soulager ces douleurs, de nouvelles pistes sont explorées, notamment sur le plan psychologique (thérapie comportementale notamment).


La méditation pleine conscience vient de la tradition bouddhiste Vipassana. Depuis des siècles, les moines bouddhistes soulignent les bénéfices de la méditation concernant la douleur4. L’un des attraits les plus importants est de permettre au patient de gagner plus de contrôle sur le ressenti de son esprit et de son corps et cela par une prise de conscience et une non-réactivité accrues. Les neurosciences ont ainsi permis de souligner tous les apports de la méditation concernant la douleur. En activant des zones précises du cerveau, celle-ci permet en effet de contrer les signaux envoyés par la douleur en activant d’autres circuits neuronaux4.

L’idée de ces approches n’est pas de réduire la douleur, même si dans les faits c’est le cas dans le yoga à travers les postures et le souffle, mais plutôt d’apprendre à mieux gérer la douleur en travaillant sur les dimensions psychologiques. En effet, on observe une corrélation inverse entre l’acceptation de la douleur et les taux de dépression, les dysfonctionnements psychosociaux, l’intensité de la douleur et l’anxiété. L’acceptation de la douleur est directement reliée à une activité physique améliorée 5.

Méthode :

Cette étude a compilé des recherches existantes sur le lien entre le yoga et les douleurs chroniques. Dans ce sens, les autrices n’ont pas elles-mêmes réalisé d’expérimentation mais ont cherché à synthétiser les résultats d’études déjà menées dans le monde. Pour cela, elles ont procédé à une recherche par mots clés (pleine conscience, yoga et douleurs dorsales chroniques) dans les bases de données d’articles scientifiques parus entre 2008 et 2018. Ce travail a fait émerger 1261 articles. Après un tri de pertinence au regard des objectifs de l’étude, seuls 50 articles ont été retenus. Suite à un deuxième examen, 38 articles ont été exclus du travail qui a donc finalement porté sur l’analyse comparative de 12 études empiriques.

Celles-ci incluaient entre 12 et 341 patients et portaient sur l’étude des douleurs chroniques dans le dos. Certaines d’entre elles ont également admis des patients souffrant d’autres douleurs chroniques (fibromyalgie, arthrose, maux de tête). Dans toutes les études, le protocole comprenait une variété de techniques incluant les scans corporels, un travail postural, des méditations et des exercices respiratoires.

Résultats :

Les résultats de leur analyse montrent que dans la plupart des expériences la douleur a baissé après la pratique par rapport aux groupes de contrôle n’ayant pas pratiqué.

De la même façon, les autrices notent globalement dans les études une amélioration de la qualité des vies des patients et de leur santé mentale, même si les résultats sont plus contrastés que vis-à-vis de la douleur. Dans les études ayant montré une corrélation positive, les patients parviennent à trouver de nouvelles façons de vivre avec la douleur et de l’accepter, avec moins d’impact négatif sur la vie quotidienne. Par exemple, une étude menée par des équipes d’universités du Gujarat en Inde, a montré qu’un accompagnement par yogathérapie faisait davantage baisser les jours de mauvaise santé mentale et d’activité réduite, qu’un traitement avec de simples exercices d’étirement6.

Une autre étude souligne également l’évolution du rapport à la douleur des patients. Grâce à la pleine conscience, ces derniers se disent plus en capacité de ressentir les effets avant-coureurs de la douleur, de respirer dedans et ainsi d’adopter une attitude moins négative vis-à-vis d’elle, plus dans l’acceptation. Les participants semblent pouvoir sortir de leur sentiment d'être "coincés" dans leur douleur et ainsi évoluer vers la compassion et l'acceptation d'eux-mêmes. Ainsi, le sentiment d'impuissance ou d'être à la merci de la douleur chronique a été réduit voire éradiqué chez certains d’entre eux7. Le témoignage d’un patient souffrant de douleurs liées à un cancer est à ce titre assez poignant et résume en partie les résultats : « J'avais de plus grandes attentes quant au soulagement de la douleur qu'apporterait la méditation. La douleur est aiguë, elle est forte, mais maintenant j'en ai moins peur. » 8

Limites des travaux de recherche :

Les 12 études portent sur des échantillons relativement restreints (entre 16 et 341), il est dans ce cadre difficile d’extrapoler les résultats à la population entière.

La durée des expériences est également très variable : de l’immédiateté à un an, la plupart ayant duré autour de 6 mois.

Par ailleurs, les techniques semblent avoir été peu appliquées à domicile par les patients, ce qui pourrait expliquer le manque de résultat à long terme. Ce point souligne à quel point l’engagement de nos élèves en yogathérapie est essentielle : celle-ci ne portera ses fruits qu’avec une pratique quotidienne sur le long terme.

Une autre limite des études est liée à la difficulté de mesurer de façon objective la douleur, malgré les nombreux outils développés dans ce sens par les scientifiques. D’autres mesures plus objectives liées à la douleur pourraient ainsi être ajoutées selon les autrices : la pression sanguine, le rythme cardiaque et les niveaux de cortisol.

Conclusions

Cette étude est intéressante dans le sens où elle permet une compilation de résultats et souligne ainsi l’espoir porté par le yoga dans le traitement des douleurs chroniques.

On peut néanmoins regretter dans cet article la trop grande association du yoga à un travail seulement postural. Il est à rappeler que la yogathérapie inclut une grande variété d’outils : le travail postural certes, mais aussi la respiration, la relaxation, la méditation, le chant. Le développement de la méditation pleine conscience dans le monde occidental ces dernières années a généré un intérêt très important au sein de la recherche, du fait notamment de son détachement de la spiritualité. Cela se fait, semble-t-il, au détriment du yoga. Et il désormais parfois oublié l'approche holistique permise par celui-ci et l'importance de la spiritualité dans la guérison.

Par ailleurs, il n'est pas préciser dans l'article si les traitements proposés se faisaient de façon collective ou individuelle. Il est nécessaire de rappeler qu’un accompagnement en yogathérapie se fait de façon individuelle. Celle-ci s’adresse à une personne et non à une pathologie. 10 personnes venant voir un professeur qualifié pour des problèmes de douleur lombaires repartiront avec une pratique différente et non pas la même pratique. C'est cette pratique adaptée à un individu, que celui répétera tous les jours chez lui, et qu'il adaptera avec son professeur de yoga qui lui rouvrira les canaux de sa guérison.

1. Smith, S. L. & Langen, W. H. A systematic review of mindfulness practices for improving outcomes in chronic low back pain. International Journal of Yoga 13, 177 (2020).

2. Henriksson, J., Wasara, E. & Rönnlund, M. Effects of Eight-Week-Web-Based Mindfulness Training on Pain Intensity, Pain Acceptance, and Life Satisfaction in Individuals With Chronic Pain. Psychological Reports 119, 586–607 (2016).

3. Cherkin, D. C. et al. Effect of Mindfulness-Based Stress Reduction vs Cognitive Behavioral Therapy or Usual Care on Back Pain and Functional Limitations in Adults With Chronic Low Back Pain: A Randomized Clinical Trial. JAMA 315, 1240 (2016).

4. Zeidan, F. & Vago, D. R. Mindfulness meditation-based pain relief: a mechanistic account: Mechanisms supporting mindfulness-based analgesia. Annals of the New York Academy of Sciences 1373, 114–127 (2016).

5. Ussher, M. et al. Immediate effects of a brief mindfulness-based body scan on patients with chronic pain. Journal of Behavioral Medicine 37, 127–134 (2014).

6. Nambi, G. et al. Changes in pain intensity and health related quality of life with Iyengar yoga in nonspecific chronic low back pain: A randomized controlled study. International Journal of Yoga 7, 48 (2014).

7. Doran, N. J. Experiencing Wellness Within Illness: Exploring a Mindfulness-Based Approach to Chronic Back Pain. Qualitative Health Research 24, 749–760 (2014).

8. Money, S. & Garber, B. Management of Cancer Pain. Current Emergency and Hospital Medicine Reports6, 141–146 (2018).

76 vues